Accueil du site > Actualités du cabinet > Actualités > Prendre soin du travail et des conditions d’exercice du métier : des (...)

Prendre soin du travail et des conditions d’exercice du métier : des potentiels à libérer

Depuis 3 ans maintenant, nous répondons à de nombreuses demandes sur le thème des « risques psychosociaux ». DS et O y voit un besoin de « soigner le travail », et par là même de prendre soin de l’humain au travail. Cette approche mobilise les convictions d’expérience acquises à DSetO depuis une trentaine d’années autour des conditions du dialogue social et de la restauration de la confiance entre les acteurs. Ce soin apporté au travail recouvre au moins deux versants, à décliner : la capacité à discuter du travail tel qu’il se fait et l’attention apportée aux conditions de réalisation du travail, avec des visées équilibrant les rapports sociaux et les temps de vie personnelle et professionnelle.

Parler du travail et de sa/ses qualité(s)

C’est en effet un sentiment accru de flexi-précarité, principalement de l’emploi mais aussi des conditions organisationnelles de réalisation du travail, qui domine, et qui est susceptible de diffuser une peur au sein des organisations ; cette dernière pouvant brider, voire empêcher les expressions individuelles et collectives constructives, expressions susceptibles de favoriser un travail de qualité. Pour éviter de tels phénomènes [1] , la restauration des conditions d’une expression des points de vue contradictoires est nécessaire pour mettre en mouvement les parties prenantes.

Soigner le métier, c’est aussi restaurer l’attractivité de l’emploi

Intervenir sur / à partir des problématiques liées aux risques psychosociaux peut aussi dans certains secteurs spécifiques, être lu sur un autre registre, celui de l’attractivité des métiers. Améliorer les conditions d’exercice du métier, notamment dans des secteurs dont le marché est en tension (travaux du bâtiment, services à la personne…), pourrait également être une des conditions pour recréer des dynamiques d’emploi vertueuses et ainsi contribuer au « redressement productif ».

Une dynamique, en somme, qui valorise la porosité entreprise / société et donne tout son sens à ce que nous nommons le Développement Social, et ce particulièrement sur les questions d’actualité reliant l’organisation du travail et les évolutions sociétales, l’égalité professionnelle et l’équilibre vie professionnelle et personnelle.

[1] « comment surmonter « le bruit des machines et le silence des hommes » (selon l’expression de « Jean Auroux, l’homme des lois – Entretiens avec Patrick Gobert », 2012, éditions du 1er Mai)

Actualités